Posts filed under ‘Uncategorized’

Sur MyReporter.com, les lecteurs posent les questions, les journalistes essaient d’y répondre

Myreport

MyReporter.com est une application remarquable, lancée il y a quelques mois par le StarNews, quotidien local de la commune de  Wilmington (80000 habitants, Caroline-du-Nord). Hébergée sur le site internet du journal, elle invite les lecteurs à soumettre des questions à la rédaction, laquelle s’efforce d’y répondre, souvent par le biais d’un article approfondi publié en ligne, voire sur l’imprimé.

Rien de très original, a priori : beaucoup de quotidiens ont une rubrique du genre « Les questions que vous vous posez » dans laquelle un journaliste ou un spécialiste explique, souvent d’un ton savant, le meilleur moyen de réduire ses impôts ou de tailler ses rosiers. De même, la toile fourmille de forums, de foire aux questions et de sites comme Reponseatout.com, permettant de confier son ignorance ou sa curiosité aux bonnes volontés de la communauté.

Mais MyReporter.com, vite embrassé par ses lecteurs et auréolé du Knight-Batten Citizen Media Award, fait beaucoup plus que cela. En invitant les lecteurs au début du processus de traitement de l’info, en créant un espace d’échanges privilégié avec la rédaction et en soignant le ton et le traitement des réponses, il permet :

1. De valoriser à la fois la curiosité des lecteurs et le travail des journalistes.
2. De mieux connaître les attentes et les préoccupations des lecteurs.
3. De trouver de nouvelles idées de sujets.
4. De bâtir, pour le journal et pour la communauté, une sorte d’encyclopédie évolutive locale, façon Wikipédia.

Son créateur, le développeur Vaughn Hagerty, a récemment publié un post sur Niemans Reports, expliquant en détail la genèse du projet, son fonctionnement et ses résultats au cours des derniers mois. En voici quelques extraits, sous la forme de questions (que je n’ai pas posées) et de réponses (que je me suis contenté de traduire)

Quel est le principe ?
« Tout bon journalisme commence par une question. Mais qui la pose ? Dans la plupart des rédactions, ce n’est pas le lecteur. Si le lecteur dispose d’un espace pour s’exprimer, c’est généralement pour réagir à ce qui a déjà été rapporté. Bien sûr, un sujet peut démarrer après l’appel d’un lecteur, mais la plupart du temps ce sont le rédacteur et son rédacteur en chef qui décident ce qui doit être couvert et les questions à poser pour cela. MyReporter.com a inversé cette dynamique. Désormais, les lecteurs sont placés au début du processus. « 

Comment ça marche ?
« Posez une question sur notre site internet, par e-mail ou via Twitter. Dans les 24 heures (ou un peu plus tard pendant les week-ends et les vacances), la rédaction vous précise comment elle compte répondre à votre question. Nous ne répondons pas aux questions sur des situations personnelles ou celles visant à résoudre un conflit privé, mais nous indiquons dans ce cas de possibles liens ou ressources. Les questions auxquelles nous décidons de répondre sont distribuées à l’équipe de rédacteurs, qui fournissent une réponse dans un laps de temps donné. Nous les publions ensuite sur le site, en mentionnant le nom de l’auteur de la question. »

Comment est née l’idée ?
« Comme beaucoup de journaux, nous utilisons des outils comme Twitter et les forums pour communiquer avec nos lecteurs. En écoutant nos lecteurs, nous est entendons souvent poser des questions comme « Quelles sont ces sirènes que je viens d’entendre dans le centre ville ? » ou « Le jardin de mon voisin n’est pas entretenu : auprès de qui puis-je me plaindre ? » Avec ça en tête, Robyn Tomlin (ndla: le rédacteur en chef du StarNews) nous a lancé un défi : comment notre rédaction pourrait-elle proposer un « bureau de renseignement » à la communauté ? (…) Quelques mois plus tard, nous avons lancé MyReporter. com avec environ 300 questions-réponses préparées par la rédaction, suivies ensuite par les nouvelles questions des lecteurs et nos réponses. D’abord publiées sur la « une » du site, toutes ces questions-réponses sont ensuite archivées. C’est la deuxième fonction du site : devenir une base d’information évolutive et éclectique pour notre communauté. »

Quelle a été la réaction des lecteurs ?
« Le concept était nouveau pour nous et pour la communauté. Nous ne savions pas comment les gens l’utiliserait ou s’il comprendraient comment s’en servir. Mais la réception a été très positive. Les deux premières semaines, nous avons reçu soixante questions, allant de « Comment puis-je contacter la personne responsable de l’entretien et du nettoiement des bords de route ? » à « Quelqu’un doit-il uriner sur moi si je me fais piquer par une méduse ? » Plusieurs questions ont débouché sur la rédaction d’un article ou ont servi de point de départ à une enquête originale.  Par exemple, La Caroline-du-Nord a récemment renforcé l’interdiction de fumer dans les lieux publics, dont les restaurants. La question d’un lecteur à propos des bars à narguilé s’est traduite par un article concluant que ces bars devraient fermer. »

Quelles conséquences sur le travail de la rédaction ?
« Le volume des questions a progressivement augmenté jusqu’à 75 par semaine, les deux-tiers débouchant sur de nouvelles réponses. Ce développement, tout en étant extrêmement gratifiant, a quand même pesé sur la rédaction. Nous consacrons l’équivalent d’un poste, un poste et demi, à MyReporter.com, sans embaucher de nouveaux journalistes. Depuis que MyReporter.com est devenu l’une des parties du site les plus populaires, nous avons le devoir de le rendre viable en trouvant de nouvelles sources de revenus (…). Le succès de MyReporter.com repose, en grande partie, sur la qualité des réponses et au fait que nous recourions a des reporters ou des secrétaires de rédaction professionnels. Nous ne voulons pas céder sur ce point mais nous voulons aussi préserver notre fonction principale qui est d’enquêter et d’écrire sur l’actualité quotidienne. En ce moment, nous essayons d’équilibrer ces deux activités, ce qui inclut d’être plus sélectifs sur les questions auxquelles nous répondons, et la recherche de nouvelles ressources, comme des experts locaux, pour nous aider. »

En quoi cela peut-il contribuer à améliorer le traitement de l’information ?
« A travers les questions qu’ils posent et leur utilisation de MyReporter.com, les lecteurs nous disent – ainsi qu’à l’ensemble de la communauté – ce qu’ils veulent savoir en priorité. Avec des questions très pertinentes, ils nous poussent à trouver des réponses qui soient à la hauteur (…). Mais MyReporter.com est aussi devenu un outil que nous utilisons pour penser l’ensemble de notre couverture locale. Il nous a conduit par exemple à donner plus de place à des thèmes comme le transport ou le développement local. MyReporter.com nous offre une fenêtre en temps réel sur la curiosité de notre communauté concernant la culture, l’histoire et les évènements de la région. C’est quelque chose que nous n’avions pas et ce pourrait bien être sa fonction qui a le plus de valeur. »

Publicités

26 septembre 2009 at 17 h 30 mi 2 commentaires

Regioo.fr, porte-voix du web local français

Vous avez aimé cet article qui parle de votre ville ? Envie de faire connaître votre blog local ? De faire savoir au pays que votre maire est un escroc, un imbécile ou un génie  ? Partagez vos liens sur Regioo.fr.

Regioo.fr

Ce site, pour l’heure en version bêta, est, à ma connaissance, le premier « Digg-like » dédié à l’actualité locale et régionale en France. Son créateur, Nicolas Guillaume, concepteur, journaliste et blogeur citoyen à Besançon, le présente comme « une façon alternative » de promouvoir le web local français, il est vrai peu connu en dehors de ses campagnes (parlez-en avec Bertrand Soulier sur le réseau Web Local).

« Depuis l’avènement des blogs et du haut débit, un grand nombre de particuliers, d’associations mais également de petites collectivités ont lancé leur propre site. Bien souvent, ces sites ne sont destinés qu’à une cible hyperlocale et ne profitent pas d’une très grande visibilité », explique Nicolas Guillaume sur IT-Circle, son « blog pro ». 

Les médias régionaux et nationaux  sont aussi les bienvenus, même s’ils ne sont pas, à l’évidence, les premiers destinataires du projet. « La presse régionale pourrait peut être voir un intérêt à mettre en valeur des contenus sous-exposés sur ses sites, notamment ce qui concerne les petites communes », m’a-t-il précisé par mail.

Pour les novices du « social bookmarking »,  le principe d’un « Digg-Like » est de permettre aux utilisateurs de signaler des articles ou des sites de leur choix. Ces derniers sont notés par d’autres utilisateurs. Mieux ils sont notés, plus ils sont visibles, en tête d’une rubrique ou sur la page d’accueil. Bref, une hiérarchisation de l’info totalement subjective et basée sur la collaboration.

Sur Regioo.fr, la seule « indication » est de poster des sujets ayant une accroche locale ou régionale. Le site propose un tri par régions et permet aussi de créer des groupes locaux. S’il ne sait pas encore « comment le projet évoluera », Nicolas Guillaume songe notamment à ajouter une application GoogleMap pour faciliter les recherches.

A titre personnel, je trouve l’idée et la démarche intéressantes (on avance pas à pas, on signale les contenus au lieu de les « agréger » à son seul profit) même si, pour l’instant, le faible nombre de contributions ne permet pas vraiment de  juger de la pertinence de l’ensemble. Je m’interroge par exemple sur l’intérêt de donner une visibilité régionale ou nationale à des sujets qui, par définition, s’adressent à une audience locale (la fameuse loi du « mort kilométrique »).
Enfin, je pense que le rapport risque d’être vite déséquilibré entre un sujet léger mais localisé et rapporté par un grand média (ex. « Puff Daddy en vacances à Saint-Tropez ») et un sujet écrit sur un petit blog citoyen dont l’intérêt serait surtout local (ex. « Le maire de Cucugnan augmente le tarif des parkings »).
Cela pose en tout cas pas mal de questions sur la définition de l’info locale, sa perception, sa production et sa diffusion sur Internet.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, Nicolas Guillaume explique plus longuement sa démarche. Il invite également annonceurs ou médias intéressés par son concept à le contacter.

20 août 2009 at 18 h 48 mi 3 commentaires


Sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

RSS MediaWatch

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Share this blog

Bookmark and Share

Catégories